Le Plan Prévisionnel de Fumure : outil de pilotage de votre exploitation !

fonctionnalité registre phytosanitaire et cahier d’épandage

La Directive Nitrates impose chaque année la réalisation d’un Plan Prévisionnel de Fumure (PPF) pour toutes les parcelles agricoles situées en zone vulnérable.

Une obligation réglementaire…

Le PPF doit être réalisé avant fin mars 2020 pour la campagne 2019-2020. La première question à se poser est donc : « Mon exploitation est-elle située en zone vulnérable ? ». La carte ci-dessous vous aide à y répondre. Si la réponse est « oui », alors vous avez l’obligation de réaliser un PPF, qui permet de calculer la dose d’azote prévisionnelle nécessaire à vos cultures.

 

 

Pour déterminer votre dose d’azote prévisionnelle, vous devez vous référer à l’arrêté régional du GREN (Groupe Régional d’Experts Nitrates) qui encadre les méthodes de calcul des doses d’azote.

Ce texte a été repris dans un guide de calcul de la dose d’azote prévisionnelle, disponible en téléchargement, pour vous aider à établir votre PPF. Suivant les cultures, la dose d’azote à apporter sera basée sur la méthode du bilan ou sur une dose plafond (prairies, vignes, …). La méthode du bilan est retenue au niveau national dans le cadre des programmes d’actions « nitrate » comme l’outil de référence pour garantir l’équilibre de la fertilisation azotée.

Votre PPF doit contenir un certain nombre d’informations obligatoires dont :

  • L’objectif de rendement qui est défini réglementairement comme étant la moyenne des rendements obtenus les 5 dernières années en retirant les valeurs minimale et maximale. Le calcul est à réaliser par type de sol pour prendre en compte les hétérogénéités de potentiels, ou à défaut, à l’échelle de l’exploitation.
  • Le Reliquat Sortie Hiver (RSH) à partir de vos propres mesures ou des valeurs diffusées par le GREN. En cas de contrôle par les services de votre DDT, vous devez être en mesure de présenter ce PPF avec le cahier d’enregistrement des pratiques (azote) et le registre phytosanitaire. Pour rappel, ces documents doivent être conservés pendant 5 années.

… mais pas que !

Au delà de l’aspect réglementaire, le PPF est un formidable outil pour piloter la fertilisation azotée de vos cultures. Il doit être classé dans les Outils d’Aide à la Décision de votre exploitation. Il permet d’ajuster très précisément les apports d’azote, sous forme minérale et/ou organique, en fonction des fournitures du sol et des besoins de la plante. Le PPF permet d’éviter toute carence ou excès azoté.

Cette gestion fine de l’azote a évidemment un impact positif sur l’environnement notamment par la préservation de la qualité de l’eau en limitant le lessivage des nitrates. Mais elle a aussi un impact très positif sur votre porte feuille car en ajustant au mieux les apports aux besoins, vous optimiser le rendement et la qualité de vos cultures. Grâce aux économies potentielles en intrants, vous optimiser vos marges car comme le dit l’adage, « Le premier euro de gagner est celui qui n’est pas dépensé » !

 

New Call-to-action

 

Le PPF : un jeu d’enfant avec Agroptima

Pour vous accompagner dans cette démarche, Agroptima a mis en place un module dans l’application vous garantissant un PPF facile à réaliser et conforme à la réglementation. Agroptima s’est allié avec Fertiweb, outil labellisé Comifer. Finis donc les tableaux, la calculette et le crayon et place à l’application Agroptima !

Excellente campagne de fertilisation à vous !

New call-to-action

+Aucun commentaire

Ajoutez le votre