Les secrets des engrais pour la vigne

abono para viña

La fertilisation du vignoble est assez complexe dans la mesure où son application est soumise à de nombreux facteurs : les objectifs pour chaque parcelle, la qualité du vin qui sera obtenu, le type de porte-greffe qui est associé au type de sol, la climatologie du lieu, etc. 

Cet article dédié aux engrais pour la vigne décrit le rôle de chaque élément dans le développement de la plante ainsi que les conséquences que peuvent avoir un apport excessif ou une carence.

Vous découvrirez ainsi comment rendre la fertilisation de votre vignoble la plus efficace possible pour obtenir de bons résultats en termes de productivité et de qualité.

De quoi les besoins nutritionnels dépendent-ils tout au long de la campagne ?

L’utilisation d’un engrais pour la vigne est conditionné par différents facteurs environnementaux. Les régions françaises se distinguent par leur climat et les caractéristiques de leurs sols :

  • Sud-Est et Sud-Ouest : le climat humide et le sol acide avec un taux de matière organique élevé est le principal problème qui réside dans les attaques de Mildiou.
  • La Bourgogne, l’Alsace, le Rhône-Alpes et la Champagne sont des régions connues pour subir des attaques de Mildiou très virulentes.

Ces zones ont en commun un indice élevé de blocage du phosphore.

L’information suivante constitue une recommandation générale en matière de nutriments :

Analyses foliaires : la base du diagnostic pour l’utilisation d’un engrais pour la vigne

Pour parfaire la fertilisation, il est primordial d’effectuer des analyses foliaires, destinées à diagnostiquer les carences ou les excès en nutriments.

 Ci-après nous répertorions le classement optimal de chaque élément selon l’organe et le stade phénologique :

  • Azote (N) : 
    • Proportions entre 3,9 % et 5,0 % pour les tissus limbe/floraison
    • Proportions entre 2,2 % et 4,0 % pour les tissus limbe/veraison
    • Facile à corriger.
  • Phosphore (P) :
    • Proportions entre 0,2 % et 0,46 % pour les tissus pétiole/floraison
    • Proportions entre 0,15 % et 0,3 % pour les tissus limbe/floraison
    • Difficile à corriger du fait de son acidité élevée.
  • Potassium (K) :
    • Proportions supérieures à 1,5 % pour les tissus pétiole/floraison
    • Proportions entre 1,0 % et 1,8 % pour les tissus limbe/floraison
    • Proportions entre 1,2 % et 3,0 % pour les tissus pétiole/floraison
    • Proportions entre 0,8 % et 1,6 % pour les tissus limbe/veraison
    • Facile à corriger.
  • Magnésium (Mg) :
    • Proportions supérieures à 0,3 % pour les tissus pétiole/floraison
    • Proportions entre 0,3 % et 0,6 % pour les tissus limbe/floraison
    • Proportions entre 0,3 % et 0,6 % pour les tissus limbe/veraison
    • Si le sol est riche en potassium, il faut limiter la fertilisation avec cet élément
  • Calcium (Ca) :
    • Proportions entre 1,2 % et 2,5 % pour les tissus pétiole/floraison
    • Proportions entre 1,8 % et 3,2 % pour les tissus limbe/veraison
    • Effectuer des apports de calcaire avant de planter pour le corriger
  • Bore (B) :
    • Quantités entre 30 (mg/kg) et 100 (mg/kg) pour les tissus pétiole/floraison
    • Quantités entre 35 (mg/kg) et 100 (mg/kg) pour les tissus pétiole/floraison
    • Se corrige parfaitement par la voie foliaire.
  • Manganèse (Mn) :
    • Quantités supérieures à 25 (mg/kg) pour les tissus pétiole/floraison
    • Quantités entre 25 (mg/kg) et 200 (mg/kg) pour les tissus pétiole/floraison
    • Se corrige généralement par pulvérisation.
  • Zinc (Zn) :
    • Quantités supérieures à 26 (mg/kg) pour les tissus pétiole/floraison
    • Quantités entre 35 (mg/kg) et 60 (mg/kg) pour les tissus limbe/floraison
    • Quantités entre 30 (mg/kg) et 60 (mg/kg) pour les tissus pétiole/floraison
    • Facile à corriger.
  • Nitrate (NO3) :
    • Proportions entre 0,22 % et 0,53 % pour les tissus pétiole/floraison
  • Sodium(Na) :
    • Proportions entre 0,1 % et 0,4 % pour les tissus pétiole/floraison
    • Proportions inférieures à 0,1 % pour les tissus limbe/veraison
  • Chlore (Cl) :
    • Proportions inférieures à 1,5 % pour les tissus pétiole/veraison
    • Proportions inférieures à 1,3 % pour les tissus limbe/veraison
  • Cuivre (Cu) :
    • Quantités supérieures à 6 (mg/kg) pour les tissus pétiole/floraison
    • Quantités entre 10 (mg/kg) et 300 (mg/kg) pour les tissus limbe/floraison
    • Quantités entre 10 (mg/kg) et 300 (mg/kg) pour les tissus pétiole/floraison

 

New Call-to-action

 

Comment identifier une carence ou un excédent de certains éléments sur le cep ? 

Pour détecter si un élément manque ou est en excès et le corriger, il est important d’identifier les symptômes provoqués par l’excès ou la carence :

  • Azote : agit sur la composition des enzymes, des vitamines et de la chlorophylle. Il est responsable de la croissance du pied et contribue à la formation des acides aminés et des protéines végétales. La demande est plus élevée au moment de la plus forte croissance des sarments, lors de la floraison et de la nouaison, ainsi que dans la phase de grossissement des fruits. Il est très peu stable dans le sol.
    • Carence : rachitisme généralisé de la plante, croissance lente, jaunissement des feuilles, quantités et qualité réduites lors des vendanges. Consultez notre article pour découvrir comment éviter la perte d’azote grâce aux engrais. 
    • Excès : augmente la production mais cette dernière sera de moins bonne qualité. Les fruits présentent un déficit en sucres, peu de matière colorante, moins d’arôme dans les jus et une grande vulnérabilité aux maladies cryptogamiques.
  • Potassium : essentiel pour la vigueur et la croissance du cep, intervient dans la respiration cellulaire, la formation des lipides, la photosynthèse et le transport des sucres. Régule la turgescence des feuilles et améliore la résistance à la sècheresse.
    • Carence : décoloration rougeâtre qui commence sur la bordure des feuilles, jaunissement pour les cépages blancs, les bords des feuilles sont enroulés vers le bas en commençant par celles des extrémités et jusqu’à la base des sarments. La maturation du raisin est déséquilibrée, de basse qualité pour les vendanges, la couleur est pâle et la concentration en sucres est faible.
    • Excès : comme antagoniste du magnésium, son excès induit des carences de cet élément. Sa présence dans le moût donne des vins trop alcoolisés, d’un pH élevé avec une faible capacité de vieillissement.
  • Calcium : il régule l’assimilation de Mg, K et Na et influe fortement sur la couleur et les arômes du vin. S’il est appliqué tardivement, il endurcit la peau, il améliore la résistance au botrytis et augmente la puissance des arômes du vin.
  • Carence : associé à une carence en magnésium, la carence en calcium est propice à la nécrose du rachis.
  • Magnésium : il est essentiel pour la formation de la chlorophylle et directement lié à la photosynthèse comme à la synthèse des protéines.
    • Carence : jaunissement et rougissement entre les nervures. Ces carences apparaissent souvent lorsque le pH est inférieur à 5,5 et lorsque les teneurs en K sont élevées. Il en résulte des vins déséquilibrés à faible teneur en sucre.
  • Bore : il intervient dans la germination du pollen et dans la nouaison des grappes.
    • Carence : habituelle dans les sols de type calcaire et au pH élevé, elle se manifeste par une faiblesse de la nouaison.
  • Cuivre : les carences en cuivre ne sont pas habituelles. Son utilisation en application foliaire sur les cépages blancs très aromatiques comme le Verdejo, le Sauvignon Blanc ou le Gewurztraminer détruit l’apport aromatique.
  • Fer : il participe à la synthèse de la chlorophylle, à la photosynthèse et à la respiration cellulaire.
    • Carence : les niveaux élevés de calcaire actif affectent l’assimilation du fer. Les symptômes de carence sont d’abord visibles sur les feuilles les plus jeunes, avec la chlorose du limbe, les nervures restant vertes. 
  • Molybdène : cet élément est bien absorbé par les sols calcaires au pH élevé. Cela donne lieu à une carence spécifique de la variété Merlot qui provoque la mort subite des plants. La solution consiste à effectuer des applications foliaires de Molybdène.
  • Zinc : il régule la croissance des plantes.
    • Carence : les carences en zinc sont fréquentes dans les sols sableux au pH élevé et dans les sols calcaires. Elles apparaissent surtout sur les jeunes plants dont le développement foliaire est encore faible. Les grappes de petite taille donnent des baies sans pépins.

Comment appliquer les engrais pour la vigne

Comme nous l’avons vu, les engrais pour la vigne sont très spécifiques. Il faut souvent des calculs différents pour chaque parcelle. Il est par ailleurs très important d’effectuer des analyses foliaires dans chaque parcelle et également de connaître les apports effectués les années précédentes pour évaluer les résultats. 

Pour gérer habilement ce volume important de données, Agroptima propose un logiciel qui permet de les référencer, de les classer et surtout de les avoir toujours à portée de main sur votre téléphone.

Imaginez-vous à quel point il peut être pratique de disposer en permanence de toutes les informations sur la fertilisation, les analyses foliaires, les niveaux de production et de qualité de chaque parcelle et de chaque année ? L’analyse et la prise de décision pertinentes sont ainsi largement facilitées.  Vous avez maintenant la possibilité de d’essayer Agroptima gratuitement pendant 15 jours.

 

New call-to-action

+Aucun commentaire

Ajoutez le votre