Alternatives à la culture du maïs: les cultures les plus rentables

culture du maïs

Le maïs est la culture extensive d’été de référence dans les terres irriguées de France. Les rendements de cette culture sont très élevés, de l’ordre de 15 000 kg/ha en moyenne. Malgré cela, les marges sur les cultures de maïs sont rares. Ceci est dû à ses coûts de production élevés. Aujourd’hui, nous allons parler d’alternatives à la culture du maïs qui peuvent vous donner de meilleurs résultats en termes de rentabilité.

Il existe d’autres cultures irriguées, alternatives au maïs, qui sont moins populaires mais qui peuvent être plus rentables.

Certaines de ces cultures sont dites traditionnelles mais elles ont été négligées en raison des rendements élevés du maïs. Nous pouvons citer, par exemple, le sorgho ou le tournesol. D’autres sont de nouvelles cultures qui prennent de l’ampleur petit à petit, comme le quinoa ou le soja.

Alternatives au maïs: maïs alternatifs et autres cultures d’été

Maïs destiné à la consommation humaine: augmentez le prix de vente de votre récolte

Le maïs est une culture qui est principalement vendue pour la production d’aliments pour animaux. Pouvoir le vendre pour la consommation humaine nous assure un meilleur prix de vente et donc plus de revenus. Il est important de tenir compte de certains aspects fondamentaux lors de la culture du maïs destiné à la consommation humaine :

  • Vous ne pouvez pas utiliser de maïs génétiquement modifié, vous risquez en effet de subir des attaques de la chenille Pyrale du maïs. Ce ravageur peut entraîner d’importantes baisses de rendement.
  • La demande de maïs biologique destiné à la consommation humaine est en plein essor. Il vous sera peut-être plus facile de trouver un acheteur si vous pratiquez l’agriculture biologique. Toutefois, comme vous le savez, l’agriculture biologique peut entraîner une réduction de la production.
  • Les industries alimentaires qui achètent du maïs destiné à la consommation humaine ont des exigences de qualité élevées.

Le maïs sucré: une alternative attrayante mais difficile à vendre

Le maïs sucré est uniquement destiné à la consommation humaine. La culture est similaire au maïs conventionnel bien qu’elle soit considérée comme une culture horticole.

La demande de maïs sucré est limitée parce que peu d’industries alimentaires l’utilisent. Néanmoins, si vous trouvez un acheteur, c’est une culture très rentable parce que le prix de vente est élevé, et vous pourriez ainsi la considérer comme l’une des alternatives à la culture du maïs.

La luzerne: l’alternative à la culture du maïs par excellence

La luzerne est l’alternative idéale au maïs. Dans de nombreuses terres irriguées de France, le maïs et la luzerne font l’objet d’une rotation. C’est une culture très rentable bien que le prix dépende de la qualité de la récolte. Le pourcentage de mauvaises herbes est la principale composante de la qualité de la luzerne.

C’est aussi une légumineuse fourragère pluriannuelle. Comme il s’agit d’une légumineuse, la luzerne apporte de l’azote au sol, ce qui sera très utile pour réduire les coûts de fertilisation de la prochaine culture. Comme il est dicotylédoneux et fourrager, il vous aidera à lutter contre les mauvaises herbes persistantes et à décompacter le sol avec ses racines pivotantes.

La marge de la luzerne n’est peut-être pas aussi importante que celle du maïs, mais le retour sur investissement (ROI) est plus élevé.

Sorgho: même famille que le maïs, coûts de production réduits

La culture du sorgho est, comme le maïs, une céréale d’été. Sa production est entièrement destinée à la production de fourrage.

C’est actuellement une culture peu semée car ses rendements sont inférieurs à ceux du maïs. En 2018, 236 000 tonnes ont été produites en France. La France reste un petit producteur mais l’un des premiers de l’UE avec l’Italie. L’an dernier, il a été produit par 8 000 agriculteurs sur 60 000 hectares.

La rentabilité du sorgho est due à ses faibles coûts. Le coût de la semence est inférieur à celui du maïs. De plus, le fait d’être une culture rustique permet de réduire les coûts de l’irrigation et des traitements phytosanitaires.

Une autre option intéressante du sorgho est qu’il peut être combiné pour faire une double récolte de céréales d’hiver et ainsi utiliser davantage les terres arables.

Le tournesol

Le tournesol, autre alternative au maïs, est une culture oléagineuse d’été. En général, sa production est destinée à la production d’huile destinée soit à la consommation humaine, soit à la consommation animale. Pour la production de graines de tournesol, la plantation de variétés spécifiques est requise.

Le tournesol a été subventionné par l’Union européenne pendant quelques années, ce qui a augmenté la superficie cultivée. Actuellement, en raison du manque de subventions, seulement 553 000 ha de tournesol sont semés chaque année en France. C’est une culture qui est généralement semée en saison sèche car sa rusticité la rend tolérante à la sécheresse.

Le rendement moyen en tournesol sec peut varier entre 1 100 et 2 000 kg/ha tandis que le rendement en irrigué peut varier entre 2 200 et 5 000 kg/ha. Même si vous semblez avoir de faibles rendements par rapport au maïs, il est important de garder à l’esprit que les cultures dicotylédones ou à feuilles larges produisent généralement moins que les céréales.

Le prix du tournesol varie entre 320 et 350 €/tonne selon la teneur en huile. En général, les variétés à haute teneur en acide oléique sont mieux rémunérées que les variétés conventionnelles car elles garantissent une teneur plus élevée en acide oléique. Cet acide gras fournit une huile de tournesol de meilleure qualité et est donc très apprécié.

Cette culture alternative, en plus de doubler le prix de vente du maïs et de réduire les coûts, présente encore plus d’avantages. Être un dicotylédoneux est une très bonne option pour la rotation des cultures. Cela vous aidera à mieux lutter contre les mauvaises herbes et à décompacter le sol.

Le soja : une option très intéressante qui gagne du terrain

Le soja, une autre alternative à la culture du maïs. C’est une légumineuse d’été qui est utilisée pour la production d’aliments pour animaux et de plus en plus pour la consommation humaine. L’Union européenne est un importateur important de soja, puisque cette culture est principalement cultivée au Brésil, en Argentine et aux États-Unis.

Ces dernières années, dans les zones irriguées d’Espagne et du sud de la France, la culture du soja a commencé. La production irriguée atteint en moyenne 3 300 kg/ha. Le prix de cette culture est de 380 €/t en moyenne.

Il y a plusieurs points importants à garder à l’esprit lors de la culture du soja :

  • Comme il s’agit d’une légumineuse, le soja fixe l’azote atmosphérique grâce à sa symbiose avec les bactéries du sol. En France, il n’y a pas de telles bactéries présentes dans le sol, il est donc nécessaire de les appliquer lors du semis, à l’aide de certaines préparations ou en fertilisant avec de l’azote.

Si le soja est planté de manière régulière, il y aura prochainnement des populations de la bactérie nécessaire dans le sol et il ne sera pas nécessaire de l’appliquer ou de fertiliser.

  • Les besoins d’irrigation sont similaires à ceux du maïs.

Comme cette culture n’est pas très répandue en France, certains de ses coûts, comme le prix des semences, peuvent être élevés et les options de commercialisation sont faibles, mais c’est une alternative qui gagnera du terrain à l’avenir, étant donné que nous sommes de grands consommateurs de soja dans l’UE.

New Call-to-action

Autres alternatives à la culture du maïs: le quinoa

Le quinoa est une culture d’été originaire d’Amérique du Sud. Son grain est utilisé pour la consommation humaine. Au cours des 5 dernières années, sa consommation a considérablement augmenté en raison de ses propriétés nutritionnelles. C’est pourquoi il s’agit d’une culture très intéressante.

culture du maïs

Le cycle de culture du quinoa est similaire à celui du maïs. Il est semé en mars-avril et récolté en septembre-octobre. Le semis se fait avec un semoir de précision, comme celui du maïs.

C’est une culture peu connue mais il y a de plus en plus d’expériences dans la plantation du quinoa en France. La production de celle-ci oscille entre 3.000 et 5.000 kg/ha. Les productions sont élevées mais il faut connaître les coûts de la culture et le prix de vente afin de connaître le revenu généré.

Contrôler les coûts: essentiel pour prendre les meilleures décisions

Comme vous pouvez le constater, il existe de nombreuses alternatives à la culture du maïs que vous pouvez planter l’été et qui, avec les prix des derniers mois, devient de moins en moins intéressante. Selon votre région, le climat et l’irrigation, la meilleure option variera.

Il se peut que toutes les alternatives que nous avons mentionnéese ne dépassent pas la marge €/ha de la culture de maïs, mais rappelez-vous que lorsqu’il s’agit d’analyser la rentabilité d’une culture, il est non seulement nécessaire de regarder l’€/ha, mais il est également essentiel de savoir quelle culture a un meilleur retour sur investissement (ROI).

Dans tous les cas, il est très important de garder une bonne maîtrise de la culture et des coûts de production. De cette façon, vous pourrez voir si vous gagnez ou perdez de l’argent dans une récolte et quelles alternatives pourraient être plus rentables pour vous. Vous avez maintenant Agroptima et son module de coûts, un outil indispensable pour réaliser ce contrôle, essayez-le maintenant !

New call-to-action

+Aucun commentaire

Ajoutez le votre