Semis de colza : les éléments clés pour un semis réussi

siembra de la colza

Le nombre d’hectares cultivés en colza augmente chaque année. Vous êtes de plus en plus d’agriculteurs à vous lancer dans le semis du colza sur des surfaces toujours plus étendues. Pas moins de 71 000 ha étaient cultivés en colza en 2015 contre seulement 3 500 ha en 2005, soit une augmentation d’un facteur 20 en 10 ans.

Le semis de colza

Cette augmentation de la production de colza est motivée par différents facteurs. On peut en effet attribuer cette croissance impressionnante de la culture du colza à un mélange de motifs agronomiques, économiques, commerciaux et politiques.

Pourquoi faire du colza ? Des avantages illimités.

  1. La principale motivation pour cultiver le colza est économique. Le colza est une culture très rentable, bien plus rentable que les céréales d’hiver classiques (blé ou orge). Son prix de vente élevé, autour de 340 €/t, compense la baisse de rendement par rapport aux céréales. Une année moyenne, en terrain semi-aride non irrigué, on peut obtenir une rentabilité de 355 €/ha par rapport aux 276 €/ha du blé.

    D’autre part, le colza peut être encore plus rentable avec l’aide des cultures protéiques. L’Union Européenne, par l’intermédiaire des aides de la PAC, donne entre 35 et 40 € par ha semé en colza.

  2. Rotation des cultures et contrôle des adventices. Avec une culture à feuilles larges, il est relativement facile de contrôler les adventices à feuilles étroites comme le raygrass ou la folle avoine. Il a également été démontré qu’effectuer une rotation avec du colza augmente de 10 % le rendement de la culture suivante, que ce soit du blé ou de l’orge, par rapport à une monoculture de céréales.
  3. Effectuer une rotation avec du colza permet également de répondre aux exigences de la PAC. La préservation de l’environnement nécessite que les exploitations de plus de 15 ha cultivent au moins 3 espèces. Tourner avec du colza permet de répondre à cette exigence de manière rentable
  4. Semer du colza permet également de mieux gérer votre temps. Le colza peut se semer de début septembre jusqu’à la mi-octobre, bien avant le blé et l’orge. Les périodes d’application des engrais et herbicides sont également légèrement différentes par rapport aux céréales. Cela permet de mieux répartir le travail au cours de l’année.
  5. La floraison du colza est échelonnée. Cela agit comme une protection contre les gelées printanières qui n’affecteront qu’une partie des fleurs et pas l’intégralité de la floraison. Par ailleurs sa période de floraison commence avec l’orge et se termine approximativement lorsque fleurissent les derniers blés. De cette manière, il est très peu probable qu’une gelée détruise 100 % de la production.

Vous le voyez, la culture du colza présente des avantages évidents. De nombreux agriculteurs pensent qu’il est difficile de faire du colza mais c’est une légende. Pour cultiver le colza sans problèmes, il est important de semer correctement pour assurer une bonne levée et de surveiller la culture pour détecter les ravageurs afin d’y remédier au moment propice. Nous allons vous donner dans cet article quelques clés pour semer le colza sans problèmes.

Le colza : importance d’une bonne implantation de la culture

Le colza est une culture que l’on peut semer en terrain sec comme en terrain irrigué. En terrain sec, on obtiendra facilement une production de 2 200 kg/ha, en irriguant, on peut obtenir des productions pouvant aller jusqu’à 4 500 kg/ha. L’élément clé de cette production est d’assurer une bonne implantation afin d’entrer dans l’hiver avec des plantes de bonne taille.

En général, on constate qu’un bon colza doit arriver à l’hiver avec 8 feuilles, un collet de racine d’un diamètre de 8 mm et une longueur de racine de 15 à 20 cm. Le colza pourra ainsi résister jusqu’à -17°C pendant l’hiver. Réduire ces paramètres réduira également la tolérance au froid du colza.

Avec ou sans irrigation, les clés pour obtenir une bonne implantation sont les mêmes. Elles sont passées en revue dans les points suivants :

Préparation du terrain

Le colza nécessite des sols profonds et bien drainés avec une bonne structure. Pour obtenir une bonne levée, il faut tenir compte de la qualité du terrain et utiliser le semoir adapté.

La préparation du sol est sensiblement identique à celle effectuée pour les céréales. La principale différence est que le colza, avec sa racine pivot, est plus sensible à la compaction en profondeur. Il est également sensible à la formation d’une croûte de surface mais ce problème peut être évité en semant sur sol humide.

Amendement de fond : un soutien à l’implantation

Le colza est une culture très exigeante par rapport au phosphore. Il est donc recommandé d’apporter un amendement de fond avec un engrais NPK qui apporte les trois macronutriments. Par exemple, un 8-15-15 est un bon amendement de fond pour le colza. En effet, le colza ne nécessite pas beaucoup d’azote à l’implantation mais il en a besoin à la sortie de l’hiver.

Quand semer le colza ?

Comme vous le savez, il est possible de semer le colza de début septembre à la mi-octobre. Cependant, comme il faut avoir des plants de bonne taille au début de l’hiver, les techniciens recommandent de semer le plus tôt possible.

Le facteur clé pour décider quand semer le colza est le degré d’humidité du sol. Semer lorsque le sol est humide facilite une bonne levée. Il est donc recommandé de semer lorsque le taux d’humidité est bon, indépendamment de la date.

Le semis : dose et profondeur

Pour obtenir un rendement maximum, il est important d’avoir, au sortir de l’hiver, entre 20 et 40 plants au mètre carré uniformément répartis sur la parcelle. Si la densité est plus élevée, les plants de colza seront en concurrence entre eux et le rendement baissera de manière importante.

Il faut donc calculer la dose de semence à partir de cet objectif. Compte tenu du fait que le taux de germination minimum se situe autour de 85 % et que certains plants vont mourir durant l’hiver du fait des ravageurs ou des gelées, il est recommandé de semer entre 50 et 60 graines au mètre carré. Si vous avez fréquemment des problèmes d’escargots dans votre parcelle, vous pouvez augmenter légèrement la densité de semis pour compenser les pertes que ces derniers vont occasionner.

Les graines de colza sont petites et si elles sont semées trop profond, la levée sera plus difficile. Il est recommandé de semer à une profondeur de 2 à 3 cm.

 

New Call-to-action

 

Le semoir : tous pourront servir pour le colza

Le colza est une culture très versatile pour ce qui est du semis. Vous pouvez semer aussi bien avec un semoir conventionnel pour céréales qu’avec un semoir pour semis direct. Dans tous les cas, il est possible d’obtenir une bonne implantation de la culture en respectant la profondeur de semis.

Il est également possible d’utiliser un semoir de précision (monograine) comme ceux utilisés pour le maïs. Ce type de semoir permet d’obtenir une meilleure homogénéité de la culture et il est possible d’atteindre des rendements très élevés pouvant aller jusqu’à 5 500 kg/ha avec une irrigation par aspersion.

Choix de la variété : hybride, Clearfield, etc.

Comme vous le savez, la majorité des variétés de colza que vous pouvez semer sont des variétés hybrides. Pour ce type de variétés, il faut racheter la semence chaque année. En tant qu’agriculteur, vous ne pouvez pas conserver vos graines d’une année sur l’autre. C’est pour cela que certains agriculteurs préfèrent les variétés pures dont il est possible de reproduire la semence. Cependant, l’augmentation de productivité d’une variété hybride dépasse largement le coût d’achat annuel de la semence.

On trouve des variétés de colza plus ou moins rustiques, plus ou moins précoces, avec une tige plus ou moins haute, etc. Il est important d’analyser vos besoins avant de choisir la variété. Si vous avez l’habitude de coucher le colza, une variété à tige courte vous conviendra mieux.
Si vous vous intéressez à l’achat de semence de colza, vous aurez certainement entendu parler des variétés Clearfield®. En effet, tous les semenciers proposent au moins une variété Clearfield®. Ces variétés sont résistantes à l’herbicide Cleranda® de BASF® utilisé pour le contrôle des adventices crucifères comme le sisymbre et la ravenelle.

Herbicides de prélevée pour un meilleur contrôle des adventices.

Pour un bon contrôle des adventices, il est important de semer sur un sol propre sans adventices. Il est donc important d’effectuer un traitement avec du glyphosate ou un autre herbicide à large spectre.

En prélevée (jusqu’à ce que la culture ait 3 feuilles), il est intéressant d’appliquer du métazachlore pour le contrôle du raygrass et des adventices à feuilles larges comme les coquelicots.

Avec ces applications d’herbicides, il est relativement facile de contrôler les adventices jusqu’à la sortie de l’hiver.

Le contrôle des escargots et des altises : le secret de la bonne implantation du colza

Certains ravageurs doivent être contrôlés tout au long de la culture du colza. Les escargots et les altises sont les principaux ravageurs qui affectent l’implantation.

Les escargots et les limaces sont présents dans toutes les parcelles. Si vous avez laissé les chaumes de l’année précédente, il est très facile d’estimer la population d’escargots. Lorsque le colza lève, les escargots et les limaces se nourrissent des feuilles tendres. Les éliminer par une application de métaldéhyde ou d’un autre molluscicide est absolument nécessaire pour assurer une bonne implantation. Dans certains cas, il sera suffisant de l’appliquer en bordure de champ mais il faut l’appliquer sur l’ensemble de la parcelle si cela est nécessaire.

Les altises sont des ravageurs qui mangent les feuilles du colza. Elles peuvent causer des dégâts jusqu’à ce que les plants aient 3 à 4 feuilles. En cas d’infestation importante par les altises, la totalité de la culture peut disparaître en une nuit. Une précaution de base consiste donc à traiter rapidement à l’insecticide dès leur première apparition.

Semez et cultivez de façon efficace pour augmenter la rentabilité de votre exploitation !

Il n’est pas difficile d’obtenir une bonne implantation mais il faut surveiller la culture pour contrôler les ravageurs. De plus, il est important de bien semer. Avec une bonne implantation de la culture, il est facile d’obtenir n bon rendement en contrôlant les adventices et les ravageurs à la floraison.

N’oubliez pas de noter vos opérations de culture et les coûts dans votre application Agroptima. À la fin de la campagne, vous aurez ainsi tous les éléments pour vérifier que le colza est réellement une culture rentable avec de gros avantages. Si vous n’avez pas encore de compte Agroptima, vous pouvez tester l’application gratuitement, il vous suffit de vous inscrire ici ou de télécharger l’application sur votre mobile.

New call-to-action

+Aucun commentaire

Ajoutez le votre