Ivraie résistante: définition et stratégies pour l’éliminer

vallico resistente

De nombreux agriculteurs sont préoccupés par l’émergence d’une résistance aux herbicides des mauvaises herbes. Le Lolium est l’une des mauvaises herbes dont la résistance à divers herbicides est apparue et il s’agit aussi de l’une des mauvaises herbes les plus problématiques pour les agriculteurs. Nous évoquerons dans cette articles les stratégies pour combattre l’ivraie résistante.

Stratégies pour éliminer l’ivraie résistante

Une résistance aux herbicides à large spectre comme le glyphosate a été détectée chez l’ivraie. Dans certains cas, une résistance aux herbicides sélectifs de post-émergence du groupe A et des groupes B et C a également été constatée.

Il est important de prendre en compte la résistance croisée car si l’ivraie présente une résistance sur une matière active d’un groupe, elle aura également une résistance sur les matières actives du même groupe.

Quelle est la cause de l’ivraie résistante?

La présence de l’ivraie résistante est due à diverses causes. En général, elle est causée par l’utilisation continue du même herbicide ou d’herbicides ayant un mode d’action similaire (herbicides du même groupe). Par sélection naturelle, les plantes qui présentent naturellement une résistance sont sélectionnées par application continue et se reproduisent jusqu’à ce que toute la population des ivraies soit résistante.

Mais il y a aussi une autre cause de résistance : l’application à faible dose. De faibles doses affaiblissent la plante sans la tuer. L’ivraie développe alors des méthodes pour résister à l’herbicide. Cela crée une résistance.

Comment combattre l’ivraie résistante?

Changer la matière active: une solution à mi-chemin

Il existe plusieurs substances actives qui contrôlent correctement l’ivraie. Outre le glyphosate, qui est à large spectre, il existe des substances plus spécifiques. Le prosulfocarbe et le flufenacet sont deux substances actives appartenant à des groupes chimiques auxquels les ivraies n’ont pas encore développé de résistance. Ils constituent donc de bonnes options pour lutter contre lesivaies résistantes.

Idéalement, une rotation entre ces substances actives devrait être effectuée. Lorsque la résistance à une substance active apparaît, l’éventail des possibilités se réduit lentement. Certains agriculteurs ne peuvent plus contrôler l’ivraie avec une substance active autorisée. Ainsi, changer la substance active peut être une solution, mais il vaut mieux la combiner avec une autre action.

Labourer: la solution traditionnelle

L’ivraie a une graine très petite et de courte durée de vie. Si elle est enterrée profondément, elle ne germera pas. De plus, elle n’est viable que pendant deux ou trois ans. C’est pourquoi il est fortement recommandé de finir l’ivraie résistante en labourant profondément, avec une charrue à pelle, tous les deux ou trois ans.

Rotation des cultures

La rotation des cultures présente de nombreux avantages. Et l’un d’entre eux est le contrôle des mauvaises herbes résistantes. La rotation avec des cultures fourragères (avoine, ray-grass hybride, mélanges d’herbes) est l’une des meilleures stratégies pour éliminer les ivraies résistantes. Comme il s’agit de cultures fourragères, la présence d’ivraies peut être tolérée, surtout s’il s’agit de ray-grass, qui est une culture très similaire à cette mauvaise herbe. En outre, comme les cultures fourragères sont fauchées avant la récolte des céréales, l’ivraie ne peut pas se reproduire.

La rotation avec le colza ou d’autres cultures à larges feuilles est également une bonne solution. Ces cultures permettent l’utilisation de matières actives autres que les céréales pour le contrôle des ivraies. En général, les ivraies ne sont pas résistantes à ces substances actives comme le propyzamide et peuvent donc être bien contrôlées. De plus, en introduisant la rotation des cultures, la rotation des matières actives est également effectuée et une résistance supplémentaire est évitée.

 

New Call-to-action

 

Faux semis : tromper l’ivraie

Une autre forme de contrôle de l’ivraie consiste à effectuer des faux semis. Cela consiste à préparer le sol comme s’il allait être semé, avec un passage ou plus de cultivateur, après les premières pluies d’automne. De cette façon, l’ivraie et les autres mauvaises herbes sont encouragées à germer.

Une fois germés, ils peuvent être éliminés avec un herbicide total ou, en cas de grande résistance, avec un travail du sol. Si vous choisissez de labourer le sol sans appliquer d’herbicide, vous devez faire plusieurs passages, car l’ivraie peut facilement être réenracinée.

Le faux semis est plus efficace s’il est combiné à un semis tardif, à partir de fin novembre et même jusqu’en janvier. Ainsi, une grande partie de l’ivraie est déjà née et a pu être éliminée, d’une manière ou d’une autre, avant les semis.

Comme vous pouvez le constater, il est possible de contrôler l’ivraie résistante, bien qu’il soit préférable d’essayer d’éviter l’apparition de ces résistances. Pour les éviter, il est essentiel d’effectuer une rotation des cultures et des matières actives des différents groupes.

Et n’oubliez pas que noter tout votre travail dans le cahier de culture d’Agroptima vous permettra de planifier beaucoup plus facilement les applications d’herbicides et les opérations de culture pour lutter contre les mauvaises herbes. Vous pouvez essayer gratuitement l’application pour commencer à gérer votre exploitation agricole, facilement et rapidement.

New call-to-action

+Aucun commentaire

Ajoutez le votre